J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

L’Atlantique pourrait alimenter l’éolien mondial

Publié le 16 octobre 2017 à 09h31Mis à jour le 15 novembre 2017 à 17h44

L’avenir de l’énergie éolienne est en mer, paraît-il. Et de fait, les énergéticiens du Royaume-Uni, d’Allemagne, de Belgique et de Scandinavie investissent des milliards d’euros pour mettre en service des parcs éoliens situés à quelques dizaines de kilomètres des côtes. La préservation des paysages n’est pas la seule motivation. Au large, le vent souffle plus fort, plus régulièrement qu’à terre : le productible des éoliennes offshore est donc plus important que celui des turbines onshore.

Plus fort en mer qu’à terre

Est-ce à dire que plus lointains seront les moulins à vent, plus importante sera leur production ? C’est le sens d’une étude conduite par des chercheurs de la Carnegie Institution for Science (Etats-Unis). Dans un article, publié par les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS), l’équipe dirigée par Anna Possner estime que des éoliennes installées en plein mer, soumises à des vents forts, pouvaient produire cinq fois plus d’électricité que les turbines installées sur la terre ferme.

Plus fort en hiver qu’en été

En modélisant la puissance énergétique fournie par les vents dominants soufflant régulièrement en Atlantique nord, les scientifiques estiment qu’un parc éolien géant pourraient produire suffisamment d’électricité pour assurer les besoins de la planète entière, en hiver, et de l’Europe ou de l’Amérique du nord durant la période estivale, moins ventée.

Purement théoriques, ces calculs démontrent toutefois l’intérêt de l’éolien flottant, seul à même de pouvoir être installé à de grandes distances des côtes.

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen