J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

Une alliance européenne en faveur de la Blockchain

Publié le 17 mai 2017 - Par
Partagez sur

IBM, TenneT et Sonnen expérimentent de nouvelles façons de gérer l’intermittence des énergies renouvelables. En conjuguant les batteries et la Blockchain. Une voie possiblement révolutionnaire.

On ne présente plus la Blockchain, cette technologie de stockage et de transmission d’informations transparente, sécurisée et décentralisée. Une technologie que l’on commence à utiliser dans le domaine des énergies renouvelables et qui pourrait connaître de fulgurants développements.

Nombreuses expérimentations

Plusieurs expérimentations se déroulent actuellement dans le monde, souvent sur le même principe. Des propriétaires de panneaux photovoltaïques créent une boucle locale de distribution d’électricité à laquelle peuvent se raccorder des consommateurs.

Ces derniers peuvent alors directement s’approvisionner auprès des producteurs d’électricité solaire, sans recourir à un électricien classique.

Directement du producteur au consommateur

Le paiement se fait directement du producteur au consommateur par des crypto-monnaies (comme le Bitcoin), via un système d’échange de données informatiques a priori infalsifiable : la Blockchain.

D’autres utilisations de ces systèmes peer to peer sont également possibles. L’éolien et le photovoltaïque, on le sait, sont des sources de production d’énergie intermittentes. D’où la nécessité de disposer d’autres moyens de production lorsque le vent ou le soleil viennent à manquer. Autre possibilité : avoir accès à des capacités de stockage d’électricité.

Les batteries gèrent l’intermittence

C’est le pari de TenneT. Le gestionnaire du réseau de transport d’électricité (GRT) des Pays-Bas vient de lancer deux tests. En partenariat avec Sonnen, le GRT va installer des batteries chez des particuliers.

Connectées, elles stockeront l’électricité pendant les heures creuses et l’injecteront sur le réseau à la demande de TenneT. Le contrôle des batteries (et la rémunération de leurs propriétaires) se fera par Blockchain.

Avec IBM, le gestionnaire des lignes à haute tension néerlandaises essaie un dispositif équivalent mais utilisant des batteries de véhicules électriques.

Encore expérimentales, cette nouvelle gestion du système électrique pourrait, en cas de succès, accélérer le déploiement des énergies renouvelables et des dispositifs décentralisés de stockage. De quoi booster la transition énergétique !

Partagez sur