J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

Climat : un comité de pilotage chargé de mettre en œuvre l’Accord de Paris

Publié le 07 février 2017 à 09h26Mis à jour le 29 mai 2017 à 10h47

Plus d’un an après la Conférence internationale sur le climat (COP21), la France continue de se mobiliser pour lutter, à l’échelle globale, contre le réchauffement climatique. Dans le sillon de cet événement historique, la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, Présidente de la COP21, a décidé de maintenir le comité de pilotage climat qui se chargera désormais du suivi de la mise en œuvre de l’Accord de Paris selon une feuille de route rendue publique.

 

Un comité de pilotage élargi

Sept nouveaux membres ont intégré le comité de pilotage climat :

  • l’ADEME,
  • Expertise France,
  • l’Alliance Océan-Climat,
  • l’Alliance bâtiments,
  • l’Alliance eau et climat,
  • la coalition transports,
  • le laboratoire d’idées I4CE.

 

icone terreTous ces acteurs, étatiques ou non, auront donc pour mission de faciliter la mise en œuvre et le déploiement des solutions actées par l’Accord de Paris. L’objectif ? Poursuivre l’engagement de la France, au sein de ses frontières et à l’international, pour la transition verte.

 

Comité de pilotage climat : six axes d’action majeurs

icone listeDans un contexte marqué par le retour du climato-scepticisme sur la scène internationale, la ministre de l’Environnement a rappelé les engagements de la France : poursuivre le dialogue entre les différents acteurs publics et privés, et conserver son rôle d’exemplarité en matière de transition énergétique.

 

Dans sa feuille de route, la ministre a distingué six axes d’action majeurs :

  • la défense de la science du climat et du rôle des scientifiques pour guider l’action publique, dans les politiques d’atténuation et d’adaptation ;
  • la consolidation de l’Accord de Paris, en visant une ratification universelle d’ici 2018 ;
  • la hausse de l’ambition des engagements nationaux, notamment dans l’Union européenne, pour rejoindre une trajectoire compatible avec l’objectif fixé d’un réchauffement de 2°C d’ici 2100 ;
  • le soutien de la mise en œuvre des engagements nationaux, avec notamment la mobilisation de financements publics et privés, et un soutien aux pays en développement ;
  • la consolidation de l’agenda de l’action ;
  • l’engagement du débat sur la tarification du carbone et les subventions aux énergies fossiles.

 

La ministre a également rappelé l’importance de l’implication des acteurs non-étatiques au sein du processus climat, capables de soutenir l’innovation.

La France prévoit enfin de présenter un point net sur ses engagements et de renforcer son action à l’international pour déployer une diplomatie du climat efficace.

Source : ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer.

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen