J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

Énergies renouvelables électriques : une dynamique confirmée en 2016

Publié le 16 janvier 2017 à 14h48Mis à jour le 12 avril 2017 à 15h14

Le 10 janvier 2017, l’association Observ’ER a publié le Baromètre 2016 des énergies renouvelables électriques en France, réalisé avec le soutien de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) et de l’Ademe. Au bilan : une année positive marquée par une évolution des mentalités et des politiques publiques et une hausse de 5 % des énergies renouvelables électriques par rapport à 2015. Retour en chiffres sur cette progression.

icone eoliennePlus de 46 gigawatts raccordés

Les filières renouvelables électriques continuent leur progression en France ! L’année dernière, les puissances raccordées sur l’ensemble du territoire ont dépassé les 46 gigawatts (GW). Un chiffre qui représente environ 23 % de la consommation électrique du pays et qui place la France au troisième rang européen.

Avec des croissances respectives de 7,8 et 7,1 %, l’éolien et le solaire sont en tête de cette dynamique. Particulièrement bien représentées dans les régions, la croissance de ces deux filières devancent celle de l’énergie hydroélectrique – première source d’énergie électrique renouvelable en France – ou de l’éolien en mer.

icone_gazLe gaz peut lui aussi être renouvelable

ENGIE a pris le pas de la transition énergétique et est un acteur majeur de la production d’électricité verte. Le Groupe investit par ailleurs dans le développement d’un gaz naturel de plus en plus renouvelable. A titre d’exemple, la Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain (CPCU) et ENGIE Entreprises & Collectivités se sont associés début 2017 pour garantir à la CPCU la fourniture de 90 GWh de Garanties d’Origine (GO) biogaz[1].

Comme le rappelle l’association Observ’ER, le biogaz « rassemble une grande diversité d’acteurs » et possède en France un fort « potentiel énergétique et économique »[2]. Une vraie piste d’avenir !

[1] Ce biogaz, produit en France à partir de déchets agricoles et du secteur agroalimentaire, va représenter 1 % dans le bouquet énergétique de CPCU chaque année. Un mix énergétique constitué à 50 % d’énergies renouvelables et de récupération.
[2]  Le baromètre 2016 des énergies renouvelables électriques en France, 7e édition, Observ’ER, p. 74.
Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen