J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

Éolien : ENGIE se jette à l’eau

Publié le 10 novembre 2016 à 12h09Mis à jour le 24 mai 2017 à 14h53

Le ministère de l’environnement vient de labelliser le projet EFGL (Eoliennes Flottantes du Golfe du Lion), porté par un consortium international dirigé par ENGIE. Dans les prochains mois, le Groupe mettra à l’eau 4 turbines GE de 6 MW de puissance unitaire, montées sur des flotteurs en béton Eiffage/PPI.

3 000 à 4 000 heures par an 

icone_cloud_nuageMenée au large de Leucate (Aude), cette expérimentation est le préambule à la construction de vastes parcs de taille industrielle qui bénéficieront de vent plus forts et plus réguliers qu’à proximité des côtes. Bien au large, les vents soufflent entre 3 000 et 4 000 heures par an : deux fois plus longtemps qu’à terre.

200 TWh/an

icone_energie_eolienneEnviron 60 % de la ressource européenne en vent pourraient être exploitées par des éoliennes flottantes, pour des hauteurs d’eau comprises entre 50 et 150 m. Plusieurs études montrent que la France dispose d’une ressource nationale estimée à 200 TWh/an (presque la moitié de la production d’électricité française). à elles trois, la Normandie, la Bretagne et Provence Alpes-Côte-d’Azur disposent de 20% du potentiel européen.

Publiée le 27 octobre dernier, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévoit la mise en service de 2 000 MWe d’éoliennes flottantes d’ici à 2023.

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen