J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

Fin des TRV électricité : des opportunités existent encore

Publié le 26 janvier 2016 à 16h20Mis à jour le 19 mai 2017 à 11h53

industrie tuyaux interieurLa Commission de régulation de l’énergie (CRE) estime à environ 100 000 le nombre de sites consommateurs d’électricité n’ayant pas quitté les tarifs réglementés de vente d’électricité (les fameux tarifs jaunes et verts) au 1er janvier. Ces sites (puissance souscrite supérieure à 36 kVA) ont opté pour l’offre transitoire majorée, comme prévu jusqu’au 30 juin 2016 par l’administration. Cela représente environ 22% des sites concernés.

Le gouvernement prévoit, afin de garantir la continuité de la fourniture, un mécanisme au-delà de cette date, qui reposera essentiellement sur la CRE. Ce mécanisme s’appliquera également au gaz naturel, quelque 20 000 sites (18% du marché) ayant choisi de rester à l’offre transitoire en gaz, qui elle-aussi prend fin au 30 juin 2016. D’ores et déjà il est possible d’affirmer que les prix seront, une nouvelle fois, majorés pour ceux qui décident de ne pas souscrire à une offre de marché.

Pourtant, de nombreuses opportunités existent aujourd’hui, notamment grâce au faible coût de l’électricité sur les marchés de gros européens.

Deuxième fournisseur d’électricité en France, ENGIE dispose de nombreuses offres de fourniture d’électricité et de gaz inférieures aux TRV actuels. Des offres à prix fixe et des offres vertes sont accessibles aux clients concernés, avec des durées de contrats différentes.

De nombreux clients font confiance à ENGIE, à l’image de la coopérative Le Gouessant

Spécialiste de l’alimentation animale, la coopérative compte 7 usines et 20 sites en France. Au 1er janvier dernier, la Direction a choisi l’offre verte AlpEnergie de ENGIE pour l’ensemble de ses sites et pour une durée de deux ans. La coopérative avait déjà souscrit en 2013 à AlpEnergie mais seulement pour ses usines de fabrication d’aliments bio. Depuis elle souhaitait s’engager encore davantage dans le développement durable. Elle a aussi obtenu la norme ISO 50001, début 2015, afin de maîtriser ses consommations énergétiques.

Le choix de ENGIE a été réalisé à la suite d’un appel d’offres qui portait sur quelque 35 GWh par an, sachant que le coût de l’énergie pour la coopérative représente environ 2,5% du coût de revient des produits.

Pour le responsable énergie de la coopérative Le Gouessant, Antoine Bureau, ENGIE a été retenu par ce qu’il qualifie de « partenariat », et « pas sur le court terme ». Mais aussi, évidemment, parce que ENGIE a su proposer un prix largement compétitif. Le Gouessant ne devrait d’ailleurs pas en rester là et bientôt faire à nouveau appel à la compétence de ENGIE en matière de services, notamment gaz, cette fois. Un partenariat gagnant.

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen