J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

L’éolien français : un secteur en expansion

Publié le 26 septembre 2017 à 16h50Mis à jour le 20 octobre 2017 à 16h21

Absence de turbiniers

En 2015, la filière comptait, en France, près de 18 000 salariés équivalents-temps-plein (ETP) directs et indirects, soit 18 ETP/MW installé. Une performance inférieure de moitié à celle de l’Allemagne. Ce qui s’explique avant tout par l’absence de turbinier français de premier plan, estime l’Ademe, dans une étude publiée en début de semaine.

Les 600 entreprises tricolores actives sur le secteur génèrent un chiffre d’affaires annuel d’environ 1,8 milliard d’euros, dont le tiers provient d’exportations.

Au-delà des créations d’emplois, l’éolien est également source de redynamisation de territoires ruraux, grâce aux recettes fiscales associées et, de plus en plus, via le montage de projets participatifs.

 

Économies d’émissions

Le développement de l’éolien a eu également des bénéfices environnementaux et sanitaires considérables. Sur la période 2002-2015, l‘éolien a évité l’émission de 63 millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre et d’environ 250 000 tonnes d’émissions de polluants atmosphériques (SO2, NOx et particules fines). Monétarisés, ces bénéfices sanitaires et environnementaux représentent un gain pour la collectivité de l’ordre de 3,1 à 8,8 Mds€. Bien au-delà du coût du dispositif de soutien à l’éolien (3,2 Mds€).

Pour atteindre les objectifs fixés à la filière, le rythme annuel d’installations à terre et en mer doit sensiblement s’accélérer. Ce faisant, la filière pourrait quadrupler le nombre de ses salariés d’ici à 2035.

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen