J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

Les prix de gros de l’électricité et du gaz à la baisse

Publié le 30 septembre 2015 à 14h27Mis à jour le 20 juillet 2016 à 16h51

graphique prix énergiesLes prix sur les marchés de gros de l’électricité et du gaz demeurent orientés à la baisse au second trimestre de l’année. Sur les produits calendaires 2016, c’est la stabilité qui se poursuit. C’est ce qu’indique le bilan rendu public début septembre par la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Dans les deux cas, il s’agit d’une bonne nouvelle pour les clients industriels et grand tertiaire.

Electricité

Pour l’électricité, trois facteurs  sont à l’origine de la baisse des prix à court terme au second trimestre, à 32,6 euros/MWh : la faiblesse de la consommation (notamment à cause de températures clémentes), la disponibilité du parc nucléaire à 71 % et un taux de 68 % pour sa production. Le prix pour une livraison à moyen terme sur l’année 2016 est resté stableau cours du second trimestre 2015 avec une moyenne à 38,7 €/MWh sur le trimestre.

Côté volumes échangés, ils continuent de progresser au 2nd trimestre, de 6 % par rapport au 1er trimestre, à 39,62 TWh. Par ailleurs, importations et exportations ont augmenté sur le trimestre ; le solde demeurant exportateur pour un volume de 15,6 TWh contre 11,8 TWh au trimestre précédent, soit une hausse de 31 %, signale le régulateur.

Gaz naturel

Pour le gaz naturel, la tendance est la même. « Des prix de gros européens (qui sont) toujours bas et un bon approvisionnement des marchés européens (qui) se poursuit au 2ndtrimestre 2015 », indique la CRE. Les prix à terme sur les différents marchés européens restent peu volatils et se sont stabilisés sur le trimestre avec un prix passant de 22,10 €/MWhà 21,85 €/MW pour le Y+1 PEG Nord (Y+1 : livraison à terme pour l’année suivante).

Dans le contexte de fin de période hivernale et de bon équilibre entre offre et demande, la faible volatilité observée sur les marchés à terme s’est retrouvée sur les prix spot qui, après une baisse marquée sur le mois d’avril de 22,39 €/MWh à 21,24 €/MWh au PEG Nord, se sont stabilisés autour d’un prix moyen de 20,72 €/MWh.

Par ailleurs, l’approvisionnement suffisant en gaz du sud de la France, observé depuis le 4etrimestre 2014, s’est poursuivi d’avril à juin. L’écart de prix entre le Nord et le Sud s’est établi en moyenne à 0,4 €/MWh. « La hausse des émissions à Fos, les injections faibles dans les stockages, la baisse de la consommation au sud de la France et des exports vers l’Espagne permettent d’éviter toute congestion de la liaison Nord-Sud », ajoute la CRE. En outre, « avec la fusion des deux places de marché du sud, PEG Sud et TIGF, pour créer un seul point d’échange, la TRS (Trading Region South), le 2e trimestre 2015 marque un nouveau pas vers la création d’une place de marché unique pour améliorer le fonctionnement du marché du gaz en France », rappelle enfin la CRE.

Comme cette tendance baissière se poursuit à ce jour sur les marchés de gros, ENGIE saura profiter de cette situation, notamment pour les échéances calendaires 2016, voire au-delà, pour faire des offres compétitives. Pour vos approvisionnements à terme ou vos besoins spot, n’hésitez pas à contacter votre interlocuteur habituel ENGIE.

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen