J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

Et le gaz deviendra renouvelable

Publié le 16 mars 2018 à 12h18Mis à jour le 06 août 2019 à 15h55

Le gaz renouvelable est à la mode. Fin janvier, dans une étude commune, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), GRTGaz et GRDF confirmaient la possibilité d’atteindre l’autosuffisance gazière, vers 2050, à coup de méthanisation, de pyro-gazéification et de power to gas. De quoi éviter l’émission de 63 millions de tonnes de CO2 par an.

100 millions pour la méthanisation

Un mois plus tard, quelques heures avant l’ouverture du salon de l’agriculture, le président de la république annonçait la création d’une ligne de crédit de 100 M€ pour développer la méthanisation à la ferme.

1% de gaz vert

Il y a d’ailleurs urgence. La loi sur la transition énergétique fixe à 10% la part de gaz vert consommés en France en 2030. Nous en sommes loin. Au dernier recensement, environ 1% du gaz circulant dans les réseaux tricolores est d’origine renouvelable.

Miser sur l’agriculture…

Dans une note publiée, début mars, la Fabrique écologique ouvre plusieurs pistes pour rattraper ce retard. S’inscrivant dans les pas du gouvernement, le think tank environnemental propose de tripler le nombre de sites de méthanisation agricole d’ici le début de la décennie 2020. Cette dynamique n’ira pas sans une forte implication des territoires. Et une plus grande confiance accordée par les banques aux porteurs de projets.

… et sur le stockage d’énergie

L’institution créée par Géraud Guibert propose aussi de définir une feuille de route pour le power to gas : le gaz produit par des énergies renouvelables électriques. Le fort développement annoncé de l’éolien ou du photovoltaïque permet d’imaginer une filière où l’électricité propre produite aux heures creuses serve à produire de l’hydrogène, à partir l’hydrolyse de l’eau.

Chaleur et électricité

Aisément stockable, ce gaz peut être valorisé différemment selon les contextes et les besoins. Directement injecté dans les réseaux, il peut se substituer au gaz naturel, d’origine fossile. Il peut aussi servir de vecteur énergétique pour générer électricité et chaleur propres, via des piles à combustibles.