J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

L’hydrolien s’immerge dans le Rhône

Publié le 01 mars 2017 à 15h18Mis à jour le 11 mai 2017 à 15h02

Il n’y a pas qu’en mer que l’on peut utiliser la force motrice des courants pour produire de l’électricité. Depuis quelques années, on ne compte plus les expérimentations d’hydroliennes fluviales. Après l’Oyapok (Guyane française), la Loire, la Charente ou la Gironde, au tour du Rhône de produire des kWh autrement.

Force motrice

icone eauComparable à une éolienne, une hydrolienne est une turbine qui, au lieu d’être actionnée par le vent, est mue par l’énergie cinétique d’un courant marin ou fluvial.

Exploitant 19 centrales hydroélectriques, la Compagnie nationale du Rhône (CNR) a décidé de passer à l’échelle industrielle. À l’aval de Génissiat (Ain), la filiale d’Engie va installer la première ferme d’hydroliennes fluviales.

39 machines

icone barrageSur un linéaire de 2 km, la CNR devrait prochainement immerger 39 machines construites par le consortium HydroQuest-Constructions Mécaniques de Normandie. Unique au monde, ce projet a été retenu par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), dans le cadre du Programme « Démonstrateurs pour la Transition écologique et énergétique » des Investissements d’Avenir et de l’appel à projets lancé en août 2015.

La consommation de 2 700 habitants

icone familyInstallées par groupe de 3, les hydroliennes totaliseront une capacité installée totale de 2 MWe. Elles devraient générer, indique la CNR, 6 700 MWh/an, en moyenne. De quoi pourvoir à la consommation d’électricité de 2 700 habitants environ.

 

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen