J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

GAEC Boullier : une exploitation soucieuse de l'environnement

Publié le 09 avril 2018 à 16h07Mis à jour le 06 novembre 2019 à 11h29

Le monde agricole est souvent pointé du doigt en matière d’écologie, l’entreprise GAEC Boullier souhaite montrer qu’une exploitation peut conjuguer rentabilité et respect de l’environnement.

Stéphane Boullier, l’un de ses dirigeants, témoigne.

Pouvez-vous nous présenter votre exploitation ?

Nous sommes installés dans le Loiret. Nous sommes éleveurs de vaches laitières et vaches allaitantes, avec un troupeau d’environ 850 bêtes, et nous sommes également producteurs de légumes (betteraves rouges, oignons, pommes de terre) et de céréales (blé, orge, maïs).

Concrètement, comment se manifeste votre engagement pour l’environnement ?

De multiples façons, tant au travers de notre activité d’élevage qu’au travers de nos cultures. Nous cherchons en permanence à limiter l’usage des produits phytosanitaires (fongicides, insecticides, etc.).

Nous utilisons par exemple des filets anti-insectes contre les pucerons sur nos plants de pomme de terre tandis que nos tracteurs sont équipés de GPS pour éviter de croiser les passages, de traitements ou d’engrais notamment, ce qui engendrerait des surdosages sur certaines bandes de culture.

Nous utilisons également, de manière préventive, des stimulateurs de croissance à base d’algues qui renforcent les défenses naturelles des plantes. La moitié de nos surfaces sont en prairie (pâturage, foin et ensilage) pour alimenter notre troupeau.

Pour améliorer notre autonomie alimentaire et l’apport en protéines, nous renouvelons nos prairies en introduisant des légumineuses (luzerne, trèfle, etc.).

 

Quel rôle jouent les énergies renouvelables dans votre démarche ?

Nous avons installé 750 m2 de panneaux solaires sur nos toitures il y a 6 ans : l’électricité produite est injectée dans le réseau électrique. Et nous avons lancé un projet d’unité de méthanisation pour valoriser nos effluents d’élevage ainsi que nos résidus de culture. Celle-ci sera opérationnelle au printemps 2019.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce projet de méthanisation ?

L’objectif premier de cette unité est de valoriser les quelques 8 700 tonnes de fumier que notre bétail produit chaque année. Nous y valoriserons également des déchets issus de nos cultures légumières (betteraves, oignons) ainsi que ceux de l’un de nos clients, une laiterie voisine.

Ce méthaniseur permettra de produire du biogaz purifié sous forme de biométhane à raison d’environ 125 m3 à l’heure, qui sera réinjecté dans le réseau de gaz naturel de GRDF. Pour nous, c’est aussi un moyen de contribuer à une boucle énergétique locale et à une économie circulaire sur le territoire ; dans ce même esprit, la viande de nos plus beaux animaux est commercialisée dans les rayons boucheries des grandes surfaces voisines !

Voir tous les résultats des Trophées « C’est aussi ma Terre »