J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

Conversion au gaz H, le dossier avance

Publié le 31 mars 2016 à 14h56Mis à jour le 17 octobre 2019 à 14h26

compteur pression

Un décret encadrant la conversion du réseau de gaz naturel B (bas pouvoir calorifique) au gaz H (haut pouvoir calorifique) a été publié au Journal officiel du 25 mars 2016. Cette bascule concerne lesdépartements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme, de l’Oise et de l’Aisne.

La zone est alimentée en gaz extrait du gisement de Groningue, aux Pays-Bas. Mais la diminution de la production de ce champ a d’ores et déjà débuté et les contrats d’approvisionnement français en gaz B ne seront plus renouvelés au-delà de 2029. C’est pourquoi, afin d’assurer la continuitéd’approvisionnement, il est nécessaire de convertir ce réseau en gaz H.

Les réseaux de distribution (GRDF) et de transport (GRTgaz), le site de stockage souterrain de gaz Sediane B de Storengy sont impactés par cette conversion, qui concerne environ 10% de la consommation française, soit 1,3 millions de clients en distribution et une centaine de clients industriels raccordés au réseau de transport. La conversion du réseau au gaz H « nécessite des études techniques et des investissements importants, d’environ 800 millions d’euros sur la période 2016-2029 », indique le rapport au Conseil supérieur de l’énergie (CSE) du 25 février dernier.

Pour les clients, cette conversion au gaz H suppose l’adaptation de la pression, mais aussi unréglage des appareils (process industriels, fours, chaudières, etc.) et leur modification, voire leur remplacement si nécessaire. Si, pour les clients, l’investissement n’est pas excessif, en consultant votre interlocuteur ENGIE habituel dès aujourd’hui, vous serez certains de réaliser les bonnes opérations au bon moment.

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen