J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

La houle dont on fait du courant

Publié le 12 février 2018 à 09h39Mis à jour le 09 juin 2019 à 11h36

Les Irlandais se jettent à l’eau. Basée à Cork, la société Ocean Energy vient d’engager la construction d’un prototype, de taille industrielle, de convertisseur d’énergie actionné par la houle. Une fois construit par un chantier naval américain, « OE Buoy » affichera ses 750 tonnes sur la balance et sera doté d’une puissance de 1,2 MW.

Turbine bidirectionnelle

Sorte de gros flotteur, de 38 m x 18 m, monté sur un ballast de 9 mètres de tirant d’eau, le convertisseur dispose d’une turbine bidirectionnelle. Celle-ci est indirectement actionnée par le mouvement des vagues.

Colonne d’eau

Les vagues font monter et descendre le niveau de l’eau dans la colonne située sous la turbine. Cela comprime et décomprime alternativement l’air emprisonné dans la partie supérieure de la colonne. L’air fait alors tourner la turbine pour produire du courant.

Ocean Energy entend tester son engin sur un site d’essai situé au large de la base de la marine américaine de Kaneohe (Hawaï).

Un potentiel de 2 000 et 8 000 TWh/an

Selon les dirigeants d’Ocean Energy, l’Irlande dispose d’un potentiel houlomoteur de 2000 MW. De quoi donner de l’eau à turbiner à un bon millier de convertisseurs.

La ressource houlomotrice peut être exploitée sur de très nombreux sites dans le monde. Globalement, la capacité de production est évaluée entre 2 000 et 8 000 TWh/an. En France métropolitaine, le potentiel est estimé à 40 TWh/an.