J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé
Transition énergétique Services publics Syndics & copropriétés

Eco-gestes et actions d’économie d’énergie dans le secteur résidentiel

Publié le 18 novembre 2022 - Par
Partagez sur

Dans le secteur résidentiel groupé, l’usage responsable de l’énergie est une problématique réellement collective. S’affrontent dans ce cadre plusieurs logiques de responsabilité justement. Les bailleurs, publics ou privés, sont dans un schéma contractuel qui définit au cas par cas ce qu’ils doivent aux occupants (prestations techniques de sécurité, de confort, de services), qui intègre parfois le chauffage et l’énergie nécessaires pour l’alimentation des communs. Les occupants quant à eux jonglent entre ce qui leur est imposé et ce qui est à leur main pour améliorer leur condition énergétique : consommer mieux et moins. Tous partagent la volonté de consommer uniquement ce qui est nécessaire, de polluer le moins possible et de maitriser les dépenses d’énergie.

Panorama des options qui s’offrent à chacun :

Agir sur le chauffage depuis la chaufferie :

Le chauffage étant toujours le principal poste de dépense d’énergie, voici quelques pistes de réflexion :

L’entretien : pour maintenir les performances de votre chaudière, l’entretien annuel est un facteur essentiel et obligatoire. Et l’anticipation est votre alliée pour éviter d’avoir une installation en maintenance au début de la période de chauffe.

Le pilotage : poser une sonde extérieur est pertinent pour s’adaptateur au plus juste aux températures. L’objectif est de s’assurer que le chauffage des logements est raisonnable par rapport à la saison. Couplée à un programmateur horaire, l’installation s’adaptera alors aux périodes d’occupation et d’inoccupation du bâtiment. La production d’eau chaude sanitaire est aussi pilotable, avec une limitation à 55° / 60 ° de la température de distribution. Pour limiter les coûts, la plupart des dispositifs d’amélioration de la performance des systèmes de chauffage sont compatibles avec vos installations.

Le remplacement : si les performances de votre chaudière ne sont plus suffisantes ou dans le cas d’une installation vieillissante, la chaudière à condensation est incontournable avec un gain de près de 40% sur vos consommations par rapport à une machine standard.

Agir sur le chauffage dans les logements

Dans sa configuration collective, le chauffage des logements se fait généralement par radiateurs. Un premier niveau d’action consiste là aussi en un entretien suivi et rigoureux. A commencer par un nettoyage régulier, ne serait-ce que pour s’assurer que rien n’entrave leur bon fonctionnement. Ensuite, à la reprise de la saison de chauffe, la purge des circuits est essentielle pour conserver un fonctionnement optimum, et aussi garantir le confort acoustique.

Ces appareils émettant une part importante de la chaleur par rayonnement, on peut aussi imaginer une optimisation au cas par cas de la position des meubles et de la décoration. En effet, si on compare le rayonnement thermique à la diffusion de la lumière, il est important que les radiateurs soient visibles au maximum dans chaque pièce.

L’amélioration des radiateurs passe aussi par la pose de robinets thermostatiques. Ceux-ci permettent de moduler plus finement la température de chaque pièce. Autre avantage : ces robinets agissent sur la boucle d’eau globale du bâtiment, et contribuent alors au bon fonctionnement de la chaufferie.

Pour compléter ces recommandations propres aux copropriétés en chauffage collectif, le gouvernement a publié une liste de gestes du quotidien utiles à la réduction des consommations d’énergie

Agir sur les habitudes

Il est compliqué de se lancer dans de nouvelles résolutions comportementales sans l’aide d’un changement intrinsèque. Un déménagement, par exemple, c’est un nouveau départ à l’occasion duquel nous pouvons mettre en place de nouvelles routines favorables aux économies d’énergie. Mais quand on est bien là où on vit, qu’aucun changement d’adresse est prévu, la seule augmentation des factures ne suffit pas forcément à changer les habitudes. Alors il faut s’organiser, et favoriser l’implication des occupants dans la lutte contre le gaspillage. C’est une démarche citoyenne, engageante, et qui créera du lien entre voisins et une dynamique collective en faveur d’un habitat moins énergivore.

Les premières actions sont simples : l’éclairage des cages d’escalier, de manière générale de toutes les parties communes, est pilotable par des détecteurs de présence. Ces technologies couplées à des minuteries bien réglées sont désormais disponibles à des prix abordable.

Agir sur le parc immobilier

Le contexte de tension énergétique actuel met en lumière bâtiments ayant du retard quant à la bonne prise en compte de la rareté de l’énergie. Et si le slogan « l’énergie est notre avenir, économisons-la » est plus que jamais à conjuguer au présent, les tendances pour les prochaines années confirment qu’il est impérieux d’améliorer tout ce qui peut l’être.

A titre d’exemple, Certinergy propose aux bailleurs sociaux et aux copropriétés un accompagnement pour financer leurs projets d’efficacité énergétique, comme l’isolation thermique extérieur qui offre de bonnes performances sur les bâtiments existants. Et la pertinence financière de ce type d’opération sera renforcée par le dispositif des Certificats d’Economies d’Energie (CEE)

Dans tous les cas, le retour sur investissement de chacune de ces actions durable est quasiment garantit tant les prix de l’énergie sont à un niveau si élevé, et à plus forte raison sur un tel plateau de long terme.

 

Prenez contact et parlons de vos projets !

 

 

 

 

Partagez sur