J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

4 variables qui influent sur le prix de l'énergie

Au quotidien, ENGIE vous accompagne pour tirer le meilleur de l’énergie. Cette énergie, bien sûr, a un prix, qui peut parfois varier d’un mois sur l’autre.

Alors, quels sont les facteurs qui ont un impact sur ce prix et donc sur votre budget énergie ?

Illustration des variables qui influent sur le prix

 


Avec ENGIE, vous pouvez choisir entre de multiples offres énergétiques : contrats à prix indexés, contrats à prix fixes, en électricité ou en gaz naturel.

Pour le budget prévisionnel de votre entreprise ou de votre collectivité, il est essentiel de faire le bon choix.

ENGIE vous aide à mieux comprendre ce qui influe sur le prix de l’énergie.

Illustration des différents type de contrats


1. Le niveau des "stocks"

Chaque pays possède des « stocks » d’énergie. Ceux-ci correspondent à l’énergie produite et importée, moins l’énergie consommée.Calcul énergie stockée

Le niveau de ces « stocks » impacte bien évidemment le prix de l’énergie et dépend lui-même de l’offre et de la demande.

Par exemple, en 2014, des températures particulièrement clémentes ont contribué à réduire la consommation de gaz naturel. Conséquence ? Davantage de stocks en réserve, moins d’importations nécessaires, et donc un prix à la baisse.


Source : Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, « Chiffres clés de l’énergie, édition 2015 » 

Evolution comparée des cours de pétrole, du gaz et de l’électricité.

Evolution comparée des cours de pétrole, gaz, et éléctricitél

 

Separateur

2. Le prix boursier

Les énergies conservées en stock correspondent à des énergies produites par le pays, mais aussi importées.

Illustration calcul

Il y a donc un marché, qui fluctue et qui varie selon la production et la confiance globale en l’économie. Pour le gaz naturel, la Norvège reste le principal fournisseur de la France, avec 38,1 % du total des entrées brutes, devant la Russie et les Pays-Bas. Le prix du gaz en France est fortement dépendant de cette valeur boursière, car le pays produit de moins en moins cette énergie.

 

Cette tendance va a contrario de la production nationale d’électricité qui, elle, est en hausse constante depuis de nombreuses années, et qui a presque quadruplé entre 1970 et 2014.

 

*1 TWh PCS = 1 milliard de kWh PCS (pouvoir calorique supérieur).

 

Source : Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, « Chiffres clés de l’énergie, édition 2015 »

 

Production nationale commercialisée de gaz naturel (Twh PCS)

Evolution comparée de la prod de gaz

                   Production brute d’électricité
Evolution comparée de la prod d'elec

Separateur

3. Le coût de l’acheminement

Sur une facture d’énergie, on estime que le prix de l’acheminement représente près de 30 % du prix de consommation final. Cette variable correspond au Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’acheminement (TURPE) et son montant est fixé par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) chaque année, au 1er août.

Calcule

La CRE a publié le 17 novembre 2016 deux décisions relatives au TURPE 5 (réseaux HTA-BT et réseaux HTB) dans laquelle elle indique que :

  • Le TURPE HTB (transport) augmentera de 6,76 % au 1er août 2017 et évoluera ensuite selon l’inflation au 1er août de chaque année (hors effets correctifs du compte de régularisation des charges et des produits).
  • Le TURPE HTA-BT (distribution) augmentera en moyenne de 2,71 % au 1er août 2017 et évoluera ensuite, en moyenne, selon l’inflation au 1er août de chaque année (hors effets correctifs du compte de régularisation des charges et des produits).

Le nouveau TURPE 5 HTA-BT s’appliquera à compter du 1er août 2017, de façon synchronisée avec le TURPE 5 HTB, pour une durée d’environ 4 ans.

 

Separateur

4. Les taxes ou équivalents

Plusieurs taxes, fixées par l’État français, complètent le prix de l’énergie.

Calcule (3)

Pour l’électricité :

  • la Contribution au Service Public de l’Electricité (CSPE), qui est réévaluée chaque année sur proposition de la CRE. Elle est passée de 4,5 € par mégawattheures (MWh) en 2009 à 22,5 € par MWh en 2016.
  • La Taxe sur la Consommation Finale d’Électricité (TCFE) : son montant varie de 0,5 à 9,5 € par MWh.

Pour le gaz naturel :

  • La Taxe Intérieure sur la Consommation de Gaz Naturel (TICGN) : elle s’applique aux entreprises qui utilisent le gaz naturel comme combustible et s’élève à 4,34 € par MWh, sur la base de la consommation constatée.

Pour l’électricité et le gaz naturel :

  • La Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA) : environ 2 % de la facture d’électricité annuelle et 3 % de la facture annuelle de gaz.
  • La TVA : elle varie de 5,5 à 20 % selon les composants du prix de l’énergie.

Prix hors TVA des énergies dans l’industrie pour 100kWh PCI*

En euros constant 2013

Evolution DE LA CONTRIBUTION UNITAIRE

Source : Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, « Chiffres clés de l’énergie, édition 2015 »

Quelles évolutions du prix de l’énergie dans l’industrie ?

Sur les quinze dernières années, on note une hausse globale du prix des énergies pour les entreprises et les industries.
Entre 2000 et 2014 :

  • + 5 % pour le fioul
  • + 4,4 % pour le gaz
  • + 1,6 % pour l’électricité

Prix hors TVA des énergies dans l’industrie  pour 100 kWh PCI* 
En euros constants 2013

Prix hors TVA des energies des l'industrieLes prix de l’électricité pour l’industrie ont significativement augmenté, passant de 5,6 centimes d’euros HT par kilowattheures (kWh) en 2002 à 7,6 centimes d’euros HT/kWh en 2015 (+35 % en 13 ans). La hausse reste cependant proche du niveau de l’inflation et l’industrie française bénéficie de l’un des prix du kWh les plus bas d’Europe. Cela  s’explique en grande partie par l’existence d’un parc nucléaire amorti depuis plusieurs années et qui permet de produire de l’électricité dans des conditions de coût compétitives.

¹ Fioul lourd à haute teneur en souffre (>2%) jusqu’en 1991, à très basse teneur en soufre (<1%) ensuite.
² Tarif B2S
³ Tarif vert longues utilisations.


*PCI : pouvoir calorifique inférieur.

 

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen