J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

Gaz vert

Publié le 12 mars 2020 à 14h54Mis à jour le 19 mars 2020 à 11h37

Appelé aussi “biogaz”, le gaz vert un gaz obtenu à partir de la méthanisation de déchets organiques.

 

Gaz vert versus gaz naturel, quelle différence ?

Présent dans nos sols depuis quelques millions d’années, le gaz naturel est une source d’énergie fossile issue de la décomposition de matière organiques anciennes.

À l’inverse, le gaz vert ou biogaz s’obtient par décomposition de matière organiques existantes. On appelle ce procédé chimique et biologique “digestion anaérobie”. Cette fermentation privée d’air permet de capitaliser sur une ressource très disponible : nos déchets !

Ce qui fait du gaz vert une source d’énergie à la fois durable et renouvelable, et un véritable levier pour l’économie circulaire. Puisqu’il émet une quantité négligeable de CO2 par rapport aux principaux combustibles fossiles, il est également une des énergies les moins carbonées.

 

Gaz vert : comment ça marche ?

Pour créer du “gaz vert”, les déchets sont triés puis stockés dans un méthaniseur afin de les faire fermenter sans air.

Ces déchets organiques peuvent être d’origines multiples : produits alimentaires (déchets ménagers, de la restauration), déchets issus de l’agriculture (fumier, lisier), des stations d’épurations ou encore de l’industrie agro-alimentaire (produits et graisses animales.)

Une fois ces déchets décomposés, on obtient un gaz vert, que l’on transforme ensuite en biométhane pour pouvoir l’exploiter comme ressource d’énergie.

Aujourd’hui, les scientifiques se tournent également vers une autre source organique très disponible : les microalgues, qui prolifèrent en raison du réchauffement climatique. Elles permettraient ainsi de produire de gros volumes de gaz vert.

 

Du gaz vert au biométhane

Pour pouvoir être injecté dans nos réseaux, le gaz vert doit d’abord être transformé en biométhane. Ce processus d’épuration simple consiste à retirer le CO2 du biogaz. On obtient alors un mélange composé essentiellement de méthane à plus de 97 %.

Ce biométhane ayant la particularité de détenir les mêmes caractéristiques thermiques que le gaz naturel, il peut directement être injecté dans le réseau ! Un véritable atout qui permet de profiter du gaz vert dans nos infrastructures existantes.

De même, puisqu’il possède les mêmes propriétés que le gaz naturel, le biométhane peut être transformé en carburant à bilan carbone quasi-neutre pour les véhicules. Moins coûteux que le diesel et plus autonome que l’électrique, ce Gaz Naturel Véhicule (GNV) réduirait jusqu’à 25 % les émissions de CO2 par rapport à l’essence, et de 80 % les émissions de particules fines d’oxyde d’azote par rapport aux véhicules diesel.

 

Comment consommer du gaz vert ?

Un des objectifs de la loi relative à la transition énergétique de 2015 est d’atteindre les 10% de gaz consommé d’origine renouvelable d’ici à 2030 (soit 56 TWh). Heureusement, les fournisseurs d’énergie proposent désormais des offres Gaz Vert pour permettre aux particuliers et aux entreprises de faire un geste pour la Planète.

Grâce à l’offre « Gaz vert » par ENGIE, l’équivalent de 10% de votre consommation en gaz est issu de sources d’énergie renouvelable et 100% français.

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen