J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

L’ATEE se penche sur les référents énergie dans l’industrie

Publié le 24 novembre 2015 à 11h00Mis à jour le 02 août 2016 à 18h04

industrie vue d'en haut la nuit

L’Association technique énergie environnement (ATEE) vient de rendre publique une enquête sur les référents énergie dans l’industrie française. Une étude conduite par le spécialiste du marketing GMV auprès de 759 établissements en variant les secteurs d’activités et la taille des établissements.

Cette enquête a permis d’établir le profil des personnes en charge de la gestion de l’énergie dans l’industrie, de caractériser l’organisation et le management de l’énergie dans les entreprises et d’identifier les outils nécessaires et les besoins des référents énergie.

Quelques résultats intéressants

Dans 4 entreprises sur 10, ce poste est apparu depuis moins de 5 ans et 81 % des interlocuteurs n’ont pas suivi de formation initiale en lien avec le domaine de l’énergie. Mais 58% des personnes interrogées estiment que les questions énergétiques vont prendre de l’importance dans leur entreprise, ce qui aura pour effet de renforcer l’influence du référent énergie (45%).

Le poste de référent énergie est pour le moment très rarement exclusif. En effet, les personnes interrogées consacrent en moyenne seulement 15% de leur temps à la gestion de l’énergie. La moitié d’entre eux sont concentrés sur les problématiques HQSE (hygiène qualité sécurité environnement), un tiers relève de la gestion technique (maintenance, production…), les autres sur des fonctions transverses (achats, services généraux, direction…).

Par ailleurs, les référents énergie sont globalement d’accord sur le large spectre de missions du poste énergie, lesquelles sont relativement consensuelles entre les secteurs d’entreprises :

  • le suivi des consommations (91%),
  • la conduite d’actions d’optimisation énergétiques des équipements existants (60%),
  • le suivi des indicateurs de performance énergétiques (55%).

En revanche, indique l’étude de l’ATEE, les référents énergie interviennent peu sur l’innovation des process (41%) et l’innovation produit (31%). La performance énergétique n’est en effet considérée comme réellement stratégique que par 15%des entreprises.

Autre résultat parlant : Plus de la moitié des établissements ont déjà investi dans des solutions techniques pour améliorer leurs performances énergétiques, en particulier les plus grandes entreprises (80%), et dans les secteurs de l’agroalimentaire, des matériaux de construction et du papier-carton. Cependant, seuls 35% des établissements déclarent avoir bénéficié de CEE (Certificats d’Économies d’Énergie).

Enfin, mais la liste des enseignements de l’enquête n’est pas exhaustive, 85% des entreprises ont un fort besoin d’accompagnement en matière d’audit énergétique. L’occasion de rappeler qu’ENGIE peut vous conseiller à tous les niveaux de votre poste énergie, de la fourniture à l’amélioration de vos consommations ou de vos process, et bien entendu sur la question des audits énergétiques.

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen