J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

La coopérative de l'énergie verte

Publié le 21 juin 2016 à 12h35Mis à jour le 21 août 2017 à 13h56

alpenergie03.original

On l’oublie trop souvent : l’agriculture est à l’origine de 21% des gaz à effet de serre français. Raison pour laquelle nombre d’exploitations travaillent d’arrache-pied pour alléger leur bilan carbone. Un exemple : la coopérative Le Gouessant.

Installé à Lamballe (Côtes d’Armor), cet important producteur d’aliments pour animaux vient de souscrire à l’offre électricité verte à destination des entreprises, « AlpEnergie’Pure », pour ses 7 usines, son siège social et l’ensemble de ses dépôts.

« Le passage à cette électricité verte contribue à diminuer de 1 400 tonnes nos émissions annuelles de CO2 », indique Antoine Bureau, responsable Énergie de la coopérative. Un résultat qui enthousiaste les 4 500 coopérateurs.

Ce passage à l’électricité verte n’est que le dernier acte en date d’une stratégie énergétique très ambitieuse. Son but : réduire le montant de la facture et, ce faisant, l’impact de l’entreprise sur le climat.

Audits et certification ISO 50001 du système de management de l’énergie ont permis d’identifier et de suivre les consommations des postes les plus gourmands. Ses priorités fixées, la coopérative Le Gouessant a pu investir dans les actions les plus rentables : nouvelles centrales d’air comprimé, optimisation de la production de vapeur et maintenance conditionnelle déclenchée par les indicateurs énergie.

De quoi réduire de 5% la demande et d’instaurer une motivation et une dynamique d’échange pour les équipes terrain. « Jusqu’à présent, le montant de nos factures d’énergie équivalait à notre résultat annuel. Toute réduction de nos consommations améliore notre performance économique », rappelle Antoine Bureau.

Antoine Bureau.originalCe travail très important a été complété par un bilan carbone. L’addition est lourde : 40 700 tonnes de gaz à effet de serre par an. Inacceptable à quelques mois de l’ouverture du sommet climatique mondial de Paris ! « La conversion au gaz naturel d’une usine qui consommait du propane, a réduit nos rejets carbonés de 340 tonnes par an », souligne Antoine Bureau.

Si comme Antoine Bureau, vous souhaitez partager votre expérience d’engagement dans le développement durable, contactez-nous !

bouton AlpEnergie

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen