J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

Mobilité Hydrogène

Publié le 12 mars 2020 à 14h54Mis à jour le 19 mars 2020 à 11h40

La mobilité hydrogène désigne l’ensemble des véhicules qui utilisent une transformation chimique de l’hydrogène comme énergie de propulsion.

 

La mobilité hydrogène : qu’est-ce que l’hydrogène vert ?

Alors que l’hydrogène s’impose comme le carburant alternatif de demain, beaucoup de Français se posent la question de la mobilité hydrogène.

Notons d’abord que toutes les sources d’hydrogènes ne sont pas vertes ! On distingue :

  • L’hydrogène “gris”, le plus répandu dans l’industrie. Il est obtenu à partir de deux procédés : le vaporeformage et la gazéification, qui reposent sur la combustion d’énergies fossiles.
  • L’hydrogène “vert” , obtenu à partir d’une ressource verte : l’électrolyse. Celle-ci consiste à séparer en deux les molécules d’eau pour obtenir de l’hydrogène. Elle ne rejette qu’un seul déchet, l’eau, ce qui en fait une source d’énergie propre.

Ainsi, lorsque l’on parle de mobilité hydrogène comme solution d’avenir, il faut imaginer à terme une solution alimentée par de l’hydrogène vert.

 

Comment fonctionne un véhicule à hydrogène ?

Le moteur d’une voiture à hydrogène est en fait identique à celui d’une voiture électrique.

Ce qui change, c’est le mode de stockage de l’électricité.

Quand la voiture électrique est rechargée via une borne électrique , la voiture à hydrogène possède un réservoir d’hydrogène sous pression qui produit de l’électricité via une pile à combustible. L’hydrogène n’est en fait pas le carburant de la voiture, mais un mode de stockage à part entière.

 

La mobilité hydrogène, entre atouts de taille et challenges à venir

S’ils sont au coeur de l’actualité, c’est que les véhicules à hydrogènes innovent et séduisent par leurs nombreux avantages.

Ils ne consomment pas directement d’énergies fossiles, et ne rejettent que de l’eau, n’émettant ainsi ni CO2, ni polluants atmosphériques. Le rendement de l’hydrogène est aussi très bon, avec 33 kWh au kg, soit deux fois et demie plus que le gaz naturel et trois fois plus que le gazole.

Côté recharge, les voitures à hydrogène sont plus autonomes que les voitures électriques, avec une autonomie moyenne de 500 km pour un temps de recharge de 5 minutes… Contre une moyenne de 100 km d’autonomie et un temps de recharge pouvant aller de une demi-heure à 10 pour les voitures électriques.

Mais le plus grand challenge de la mobilité hydrogène demeure les infrastructures : on comptait seulement une vingtaine de stations hydrogène sur le territoire français en 2018.

Il est prévu que ce chiffre double d’ici à 2020, car la mobilité hydrogène ne pourra se développer que si les infrastructures permettent aux usagers de se ravitailler en cours de route.

 

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen