J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

Réchauffement climatique

Publié le 12 mars 2020 à 14h54Mis à jour le 19 mars 2020 à 11h44

Le réchauffement climatique est un phénomène global de transformation du climat, caractérisé par une hausse générale des températures.

 

Le réchauffement climatique : un phénomène nouveau

Apparu au début du XXème siècle, le réchauffement climatique est au centre de tous les regards. Il se caractérise par une augmentation des températures de l’atmosphère et des océans sur l’ensemble de notre Planète.

On parle également de “changement climatique” ou de “dérèglements climatiques”, puisque le réchauffement climatique modifie profondément les équilibres météorologiques et les écosystèmes.

Depuis deux millions d’années, notre Terre a connu des températures très variables. Parcourue par de grandes ères glaciaires, comme il y a 21 000 ans, et des phases de réchauffements comme au Moyen-Âge, périodes froides et chaudes se sont succédées.

Mais c’est depuis la Révolution Industrielle que l’on constate deux changements majeurs : une augmentation des températures, et surtout une accélération. Si la Révolution Industrielle a incarnée une période charnière de modernisation, elle a aussi entraîné l’utilisation massive par l’homme des énergies fossiles (gaz naturel, charbon, pétrole) dans le cadre de son développement

C’est la combustion de ces ressources fossiles qui émet de grandes quantités de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, contribuant à l’effet de serre, et donc au réchauffement climatique.

On parle alors de réchauffement climatique « anthropique » : d’origine humaine, et non naturel.

 

Le réchauffement climatique en quelques chiffres

Entre 1900 et 2018, on estime qu’environ 35 000 milliards de tonnes de CO2 ont été relâchées dans l’atmosphère.

Selon l’Agence Parisienne du Climat, ces émissions de CO2 ont augmenté de 40% depuis 1850. Elles étaient alors de 270 ppm (parties par millions), et sont désormais de 400 ppm, soit la plus forte concentration observée depuis 800 000 ans.

Concrètement, cela se traduit par une augmentation d’environ 1°C en un siècle, soit 0,1 °C par décennie, et une accélération accrue depuis les années 70.

À l’international, c’est le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) créé en 1988, qui fait figure d’autorité parmi la communauté scientifique, et qui fournit des rapports chiffrés sur les évolutions du réchauffement climatique.

C’est grâce à ces modèles et ces prévisions que nous pouvons élaborer des stratégies de changement.

 

Quelles sont les causes et les conséquences du réchauffement climatique ? 

Le réchauffement climatique est dû à un phénomène naturel appelé effet de serre, sans lequel la vie ne serait pas possible sur Terre.

Des écosystèmes naturels dégageant du CO2 participent à ce réchauffement, tels que les marécages ou les zones humides comme les étendues de tourbe.

Mais c’est avant tout l’activité humaine qui est à l’origine de l’augmentation et de l’accélération problématiques des températures. Ce réchauffement climatique est essentiellement dû à la combustion des énergies fossiles qui amplifient l’effet de serre. Par ailleurs, la déforestation de notre Planète a participé à ce changement à la hausse, puisque les forêts servaient de puits de carbone pour absorber les gaz à effet de serre.

Si elle paraît anodine, cette augmentation a pourtant des conséquences dramatiques, avec plusieurs effets dominos. Ainsi le réchauffement climatique provoque une augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes (tempêtes, cyclones, inondations, sécheresses, etc.)

Il perturbe également l’équilibre de la faune et la flore, avec une acidification et une désoxygénation de nos océans. Les écosystèmes les plus fragiles s’en trouvent affectés (c’est le cas par exemple de la grande barrière de corail), entraînant des réactions en chaîne.

D’un point de vue social, les phénomènes météorologiques extrêmes seront à l’origine de grands mouvements de populations. D’après un rapport de la Banque mondiale, ils transformeront ainsi plus de 143 millions de personnes en réfugiés climatiques, cherchant à échapper aux mauvaises récoltes, au manque d’eau et à la montée du niveau des mers.

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen