J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

Méthanisation

Publié le 12 mars 2020 à 14h54Mis à jour le 19 mars 2020 à 11h39

La méthanisation est le processus biologique de dégradation de la matière organique en absence d’oxygène.

 

La méthanisation : un procédé naturel pour deux richesses d’avenir

Appelée aussi “digestion anaérobie”, la méthanisation est un phénomène naturel. En l’absence d’oxygène, la matière organique se décompose sous l’action de bactéries.

Elle rejette alors deux choses :

  • le biogaz , composé majoritairement de méthane.

Ce gaz vert précieux peut être transformé en énergie verte , sous forme de chaleur, d’électricité ou de carburant. Une fois épuré, le biogaz atteint la même qualité que le gaz naturel : on parle alors de biométhane . Il peut être injecté dans le réseau de gaz naturel ou utilisé comme carburant renouvelable dans les véhicules qui fonctionnent au Gaz Naturel Véhicule (GNV).

 

Il peut être séparé en phase liquide ou solide afin d’être utilisé comme fertilisant. En version solide, le digestat a les mêmes propriétés qu’un compost. En version liquide, il fait un très bon substitut vert aux engrais chimiques grâce à sa haute teneur en minéraux comme l’azote et le potasse.

 

Le saviez-vous ?

La méthanisation a été découverte en 1776 par Alessandro Volta qui observait l’émanation d’un mystérieux gaz inflammable au-dessus des marais. Il existe partout sur terre des écosystèmes anaérobies naturels, comme les marécages où se décomposent des végétaux, les rizières, les forêts tropicales, la toundra ou encore les tourbières. La digestion de certains animaux libèrent aussi une quantité importante de méthane, comme les ruminants et les termites.

 

Capitalisons sur nos déchets grâce à la méthanisation !

Puisqu’elle repose sur la fermentation de déchets organiques, la méthanisation représente un axe fort de l’économie circulaire. Ainsi, il est possible de créer de l’énergie et des fertilisants en collectant nos déchets. Par exemple :

  • Les déchets domestiques : invendus alimentaires, déchets de cantines, fractions fermentescibles des ordures ménagères,
  • Les déchets industriels : déchets agroalimentaires, issus de la transformation de matières organiques, boues de stations d’épuration,
  • Les déchets liés à l’activité agricole : résidus de cultures (comme la paille), effluents d’élevage (fumiers, lisiers), etc.

Pour ce faire, la méthanisation ne manque donc pas de matières premières !

 

Méthanisation : en France, où en est-on ?

En 2018, on comptait seulement 500 unités de méthanisation en France, dont 80% provenant de la filière agricole. La France a pourtant été le premier pays à se lancer dans la méthanisation des déchets ménagers en 1988 à Amiens.

Mais l’avenir de la méthanisation reste encore à faire, alors que la loi de transition énergétique vise 10 % de gaz d’origine renouvelable à l’horizon 2030.

Dans ce contexte, ENGIE est développeur et exploitant d’unités de méthanisation et principal acheteur de biométhane. Retrouvez notre décryptage de ces nouveaux trésors verts sur notre site !

 
12 décembre 2016

Biogaz, méthanisation, biométhane,… tout sur le « gaz renouvelable » !

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen