J'appelle un expert

Si vous êtes une entreprise, un industriel, un syndic de copropriété :

Appel non surtaxé

Si vous êtes un établissement public, une collectivité :

Appel non surtaxé

Verdir

Publié le 12 mars 2020 à 14h54Mis à jour le 19 mars 2020 à 11h54

Expression récente, “verdir” signifie passer aux énergies vertes.

 

“Verdir” : quand l’énergie se met au vert

“Verdir” l’énergie, “to go green”, nous vient de l’anglais. Couleur rattachée à l’environnement et à la nature, le vert a petit à petit pris place dans notre langage pour qualifier des énergies ou des actions écologiques.

Ainsi “verdir” le mix énergétique français passe par l’utilisation d’énergies décarbonées. En 2015, la loi relative à la Transition Énergétique a mis la couleur verte au goût du jour, avec des objectifs clairs : une réduction de la consommation d’énergies fossiles de 30 % d’ici à 2030, et une augmentation des énergies renouvelables dans le mix énergétique pour atteindre 40 % d’ici en 2030.

 

Quelles énergies pour verdir demain ?

En 2019, les énergies renouvelables et de récupération (EnR&R) comptent pour plus de la moitié dans le bouquet énergétique. Une belle performance de verdissement qui devrait continuer à grandir à mesure que les usages s’adaptent et que les innovations permettent de substituer les énergies vertes aux énergies carbones.

Partenaire de la COP21, ENGIE fait du verdissement de notre énergie un axe prioritaire. Avec l’offre Mon Gaz Vert  le Groupe s’engage à injecter dans le réseau un volume de gaz vert équivalent à 10% de la consommation du client. Ainsi, pour tout kWh consommé l’équivalent en électricité renouvelable est injecté dans le réseau.

Ce système permet aujourd’hui au Groupe ENGIE d’être le 1er fournisseur d’électricité verte en France. Grâce à la Garantie D’Origine , émis par un organisme indépendant (TÜV SÜD), l’électricité consommée par les clients des offres ENGIE est certifiée verte.

Parmi ces énergies vertes, l’on compte :

Selon l’Ademe, les énergies vertes seraient par ailleurs la forme d’énergie la plus compétitive, alors que les coûts de production photovoltaïque et éolien terrestre devraient continuer à baisser pour atteindre 50 €/MWh en 2030.

En s’appuyant sur le développement d’énergies décarbonée plus accessibles, comme les énergies renouvelables, il serait alors possible de créer des emplois nouveaux, de façon locale, et sur de nouvelles technologies. Cet effet vertueux est appelé croissance verte.

Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen